Pionnier du Web créé en 1994, Amazon aurait pu connaître le destin des AOL, Yahoo !, eBay ou, pire, Lycos. Mais la start-up de Seattle a tenu bon et s’est hissée(…) «Le meilleur service client c’est quand le client n’a pas besoin de vous appeler, n’a pas besoin de vous parler. Juste parce que le service MARCHE !» (…) Rien qu’en France, plus de dix mille entreprises (des TPE-PME pour la plupart) vendent sur Amazon. Cette logique ouverte, Amazon l’a également mise en oeuvre en rachetant de nombreuses start-up : Twitch (plate-forme…) Secteur par secteur, l’entreprise a attaqué méthodiquement de nombreuses industries. Aujourd’hui, Amazon c’est, entre autres, le leader mondial du «cloud», loin devant les Google, Microsoft et IBM ; un studio récompensé par onze Emmys Awards, six Golden Globes (…) il a fallu attendre fin 2015 pour qu’Amazon commence réellement à générer des profits. Tout l’argent gagné est réinvesti, y compris dans des échecs mémorables, comme le lancement en 2014 du smartphone maison, le Fire Phone, ou l’incursion éclair sur le marché (…) la règle de management des «Two Pizza Team» (…) s’applique toujours. Derrière l’anecdote, on retrouve une obsession viscérale de Bezos : faire qu’Amazon, qui compte aujourd’hui plus de 300.000 salariés, reste coûte que coûte (…) Traitement très dur des salariés, pratiques concurrentielles cruelles, optimisation fiscale à outrance… Pur produit des années 1990 et de l’univers des fonds d’investissement, il lui manque sans doute une dimension essentielle pour devenir mythique : une vision plus (…)